Le son du métal

Pendant la journée, il gère le chargement de bobines de bandes intermédiaires chez Hoesch Hohenlimburg à Hagen. Quand Konrad Schottkowski dit « Bobby » ne part pas en tournée avec son groupe, le batteur de heavy metal mondialement connu montre au public ce qu’est le vrai « trash ».

Je suis arrivé chez Hoesch Hohenlimburg par hasard. Au milieu des années 80, je venais de passer mon baccalauréat technique à Dortmund et je cherchais un job d’été pour me faire un peu d’argent de poche. J’ai eu de la chance car j’ai pu directement commencer à travailler au service d’expédition de Hagen. Mon but était de travailler quelques semaines et d’aviser ensuite. Mais je me suis dit « reste encore un peu ». Et aujourd’hui, 31 ans plus tard, je suis toujours là. Je travaille toujours dans le même service, aux expéditions. C’est tout simplement mon truc.

Au début, j’étais un simple chargeur, à présent, je suis chef d’équipe et gère 50 collaborateurs. Naturellement, ce n’est pas la même chose. Mon poste est plus varié et implique des responsabilités. Mais tout doit rouler, au sens propre du terme, c’est ma mission. Je réfléchis vite et suis pragmatique. Mais je suis aussi souvent à l’extérieur, je suis en contact permanent avec les collaborateurs. Je suis en quelque sorte la dernière instance avant que notre matériel ne quitte l’usine en camion ou en train.

« Je fonctionne mieux lorsque je suis stimulé, concentré et travaille en harmonie. »

KONRAD SCHOTTKOWSKI, chef d’équipe Hoesch Hohenlimburg

Décontracté mais rigoureux

Mes exigences sont bien connues : tout doit être impeccable pour la clientèle, que ce soit au niveau de la qualité mais aussi de la sécurité. Je suis quelqu’un d’assez décontracté, je suis à l’écoute de tous et compréhensif. Mais je suis extrêmement rigoureux et strict dans ce domaine. Je veux que tous les employés rentrent chez eux en bonne santé le soir et que personne dans la rue ne se fasse écraser par une bobine tombée d’un camion.

Je passe au moins la moitié de ma journée de travail devant mon ordinateur : je coordonne, examine et organise. C’est une part importante de mes tâches. Je suis actuellement l’utilisateur clé pour la mise en place du SAP dans notre département et je suis aussi chargé de la formation de mes employés. Je suis prédestiné pour cet emploi car un petit mordu d’informatique se cache en moi. Certes, j’aime lire des livres ou la presse, mais j’adore travailler sur un ordinateur. Cela va de pair avec mon hobby. En tant que musicien, l’ordinateur m’offre d’innombrables possibilités. Il me permet de composer et d’arranger énormément de morceaux.

En effet, la batterie me passionne depuis mes 13 ans. Je consacre tout mon temps libre à cette grande passion : je suis pour ainsi dire un fan de heavy metal de la première heure. En tant qu’autodidacte, j’ai travaillé d’arrache-pied pour réussir et je suis bien connu dans le milieu du metal. J’ai joué aux côtés de nombreux groupes reconnus dans le genre et j’ai voyagé dans le monde entier. Actuellement, je suis batteur dans le groupe anglais « Tank ».

Un véritable homme d’équipe

des concerts. J’ai voyagé au moins cinq fois autour du monde et j’ai vu beaucoup de choses. Cela a bien entendu une influence. Voilà à quoi ressemble ma vie à côté de mon métier : le Wacken Festival, le 70 000 Tons of Metal, des concerts devant des milliers de fans en Amérique du Sud, en Nouvelle-Zélande, au Japon et en Europe. Cela se révèle être un avantage au travail comme sur scène : je fonctionne mieux lorsque je suis stimulé, concentré et travaille en harmonie. Je suis un véritable homme d’équipe. Il est important pour moi de bien communiquer et d’avoir une bonne relation. Cela me permet de garder mon calme.

Oui, je vis parfois dans deux univers différents : celui de mon emploi et celui de la musique. C’est précisément cela qui me caractérise, la discipline et la normalité du monde du travail me font descendre sur terre, la musique m’inspire. J’ai besoin des deux.