Job de rêve dans le désert– une cimenterie aux dimensions hors du commun

C’est l’un des plus grands projets de thyssenkrupp actuellement : la cimenterie de Yamama Cement est située à 80 kilomètres à l’est de Riyad. Parmi les plus de 3 500 ouvriers qui participent temporairement à la construction de cette gigantesque installation de production figure Antony Maria John, Civil Quality Control Engineer chez thyssenkrupp.

Le projet lancé en 2016 – au milieu du désert – a immédiatement attiré le jeune ingénieur. « J’ai rejoint l’aventure en janvier 2017. Ce qui m’a plu surtout, c’est le design vraiment unique du site. L’installation de concassage mobile, en particulier, est impressionnante », s’enthousiasme Antony. Grâce à des installations comme celle-ci, 20 000 tonnes de ciment peuvent être fabriquées chaque jour à la cimenterie Yamama. Une quantité inimaginable du matériau de construction gris.

L’importance du ciment à l’ère de l’urbanisation

Le ciment est un matériau qui fait ses preuves depuis longtemps mais est-ce aussi un matériau porteur d’avenir ? La réponse est : oui et en l’occurrence là où on construit. Et on construit énormément : pour la première fois depuis les débuts de l’humanité, plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes. Avec l’urbanisation qui progresse de façon continue, les chiffres de la population urbaine d’ici 2050 vont augmenter de 2,8 milliards d’habitants supplémentaires.

En 2050, la proportion de la population urbaine tournera ainsi autour de 70 pour-cent selon les prévisions. L’acier et le béton garantissent suffisamment de logements et d’espaces industriels et commerciaux ainsi que des systèmes d’évacuation des eaux et de transports qui fonctionnent. Antony Maria John explique de la manière suivante le succès persistant du ciment dans le cadre de l’urbanisation : « L’infrastructure du pays joue un rôle important quand il s’agit de développer des villes. Je suis fermement convaincu que la valeur du ciment est aujourd’hui plus élevée que jamais et qu’elle va encore augmenter à l’avenir dans le sillage de l’urbanisation.

Un projet d’une échelle gigantesque– Comment garder une vue d’ensemble dans de telles conditions

En tant qu’ingénieur pour le contrôle-qualité civil, Antony fait partie de l’équipe Civil Quality et est responsable du contrôle-qualité de la cimenterie, y compris des inspections que cela implique - pour garantir que tous les processus au sein des installations se déroulent sans encombre et que personne ne subisse un dommage pendant l’exploitation. À l’heure actuelle, une quarantaine d’ingénieurs travaillent à la cimenterie. L’équipe chargée du contrôle-qualité civile ainsi que l’équipe hygiène et sécurité au travail collaborent pour garantir la sécurité au travail en respectant des normes élevées. L’équipe d’Antony a normalement 50 ordres d’inspection par jour dans l’usine.

« La nature des missions dans une usine de cette taille ne se distingue pas énormément en fait de celles que l’on doit gérer dans des projets plus petits. À la cimenterie Yamama, le défi réside pratiquement dans la dimension des installations. Le nombre d’inspections par jour représente à lui seul un défi organisationnel », souligne Antony.

Moins de particules fines issues de la production de ciment

Dans la production de ciment, on génère de la poussière, notamment de la poussière fine qui a un impact négatif sur la qualité de l’air. Pour rendre la production plus écologique, la cimenterie Yamama attache une grande importance à l’efficacité du système de filtrage. « Des ventilateurs de gaines sont installés pour collecter la poussière - sans polluants. Nous disposons en outre de grandes installations de filtrage qui ont été mises en place dans le même but », rapporte Antony.

« En fait, j’ai toujours voulu devenir prêtre »

Des installations haute performance et des constructions en acier ambitieuses : Antony semble avoir trouvé son job de rêve. À l’origine, l’ingénieur en construction avait cependant de toutes autres ambitions, un peu moins « terrestres » : « En fait, j’ai toujours voulu devenir prêtre », confesse en souriant ce fils de pêcheur. « Mais quand j’étais à l’université, j’ai regardé beaucoup de vidéos de gratte-ciels hauts et de constructions de grande envergure. J’ai rêvé un jour de pouvoir faire partie d’un tel projet. Et c’est exactement ce que je fais maintenant », se réjouit Antony.

« Ma devise, c’est : en travaillant dur et avec dévouement, on peut tout réussir », confie Antony pour lequel le travail acharné et la passion du métier ont d’ores et déjà payé. Un jour, cet ingénieur ambitieux aimerait bien aussi travailler comme chef de chantier pour relever des défis encore plus grands et gérer de gros projets sous sa propre responsabilité.

#together, c’est ça : un gros projet animé par l’esprit d’équipe

« L’identité de thyssenkrupp sera toujours intimement associée pour moi avec le terme together. La coordination et le soutien de nos collègues sont vraiment très importants. Je l’ai moi-même vécu sur place. Ici, il y a plus de 20 nationalités qui travaillent main dans la main. Et cela parce qu’elles comprennent l’importance du together. C’est surtout pour cela que je suis content de faire partie de thyssenkrupp. »

La cohésion et l’expertise professionnelle font la force de nos équipes. #together est précisément l’état d’esprit qui a aussi contribué à la réussite de la mise en service d’une usine aussi gigantesque que la cimenterie de Yamama.