Esprit d’équipe à Shanghai : travailler au temps de la pandémie de coronavirus

L’épidémie de coronavirus inédite a impacté considérablement notre vie quotidienne. La vie publique s’est arrêtée dans de nombreux endroits. Dans le monde entier, les experts s’inquiètent des capacités des systèmes de santé. Thorsten Heidack, CEO de l’activité de construction d’installations industrielles de thyssenkrupp en Chine, était à Shanghai au moment où l’épidémie s’est déclarée.

Il a réagi rapidement pour protéger son équipe pendant la pandémie.
Comment a-t-il vécu l’arrivée du COVID-19 en tant que gérant et comment son équipe relève-t-elle les défis imposés par ce nouveau virus ?

Une situation nouvelle

Thorsten Heidack se trouvait à Shanghai au début de la pandémie de coronavirus. « Pour être honnête, cette situation était totalement nouvelle pour nous. C’était un défi parce que tout tournait autour d’un nouveau virus qui se répandait rapidement », se remémore le CEO.

Lorsque les écoles maternelles locales ont été fermées pour plus de trois mois, l’épidémie a eu des répercussions non seulement sur sa vie professionnelle mais aussi sur sa vie privée : « J’ai dû trouver des occupations à mon petit garçon pendant cette période particulière. Mais d’un autre côté, ce fut aussi une très belle expérience inoubliable d’être avec ma famille vingt-quatre heures sur vingt-quatre pendant une période prolongée. Nous nous sommes rapidement habitués à cette « nouvelle vie » », se souvient Thorsten Heidack.

Thorsten Heidack et sa famille ont décidé de rester en Chine malgré l’apparition de la pandémie de coronavirus en Chine.

Quand le virus s’est répandu rapidement en Chine début mars, Thorsten Heidack est resté en quarantaine 14 jours à la maison car ses voisins avaient auparavant voyagé en avion avec une personne contaminée. « Devoir rester à la maison, c’est vraiment un sentiment étrange, surtout parce que mon anniversaire tombait à ce moment-là – nous l’avons alors fêté virtuellement avec la famille et les amis », raconte Thorsten Heidack. « J’étais content malgré tout de pouvoir passer la quarantaine à la maison avec ma femme et mon fils plutôt qu’ailleurs – et nous étions en bonne santé. »

Garder son sang-froid face à la pandémie

Alors que le virus ne s'était pas encore propagé au-delà des frontières de la Chine et que le reste du monde tournait encore des regards inquiets vers l’Asie, Thorsten Heidack a reçu au début de nombreux appels et de nombreuses nouvelles de ses amis et parents en Allemagne qui s’inquiétaient pour sa sécurité. « Ma famille et moi avons reçu de nombreuses questions d’amis, comme : Comment allez-vous ? Vous sentez-vous en sécurité ? Quelle est la situation ? », nous raconte-t-il.

Contrairement à eux, les habitants de Shanghai sont restés relativement calmes une fois que les mesures à prendre pour endiguer la propagation du virus ont pu être éclaircies. « Nous avons vu que les mesures du gouvernement chinois portaient leurs fruits et que la situation se stabilisait et devenait gérable », se souvient Thorsten Heidack.

La famille discutait tous les jours si elle allait rentrer en Allemagne ou devoir rester en Chine. Finalement, ils ont décidé de rester. « Progressivement, nous avons accepté la situation et je pense que le principal, c'est que nous soyons restés positifs et avons accepté que c’était le plus sûr que nous pouvions faire », se souvient Thorsten Heidack.

« Nous nous faisions livrer de la nourriture et les personnes qui s’occupaient de notre voisinage étaient très aimables et polies. Nous nous sentions ici en sécurité et c’est pour cela que nous avons décidé de rester », déclare Thorsten Heidack. Rétrospectivement, le CEO en est certain : « C'était la bonne décision ! Je souhaite remercier toutes les personnes qui nous ont soutenus dans cette situation particulière ! »

Sécurité et esprit d’équipe au temps du coronavirus

Mais naturellement, l’épidémie n’a pas eu que des répercussions sur sa vie personnelle. En tant que CEO de la branche chinoise de construction d’installations industrielles de thyssenkrupp, Thorsten Heidack et son équipe étaient responsables de la santé de leurs 160 collaborateurs dans l’agglomération de Shanghai et de Pékin.

Les principales mesures de lutte contre le coronavirus étaient à cette époque des masques et des vêtements de protection. « Le virus en était à un stade précoce et c’était nouveau pour tout le monde. Les gens n’étaient pas conscients de sa dangerosité et de la rapidité avec laquelle il se propageait. J’ai eu tôt le sentiment que nous devions acheter suffisamment de masques pour protéger nos collaborateurs », raconte Thorsten Heidack. « Lorsque j’étais à Pékin le 22 janvier, j’ai donc écrit un e-mail à mon gestionnaire de l’hygiène et de la sécurité au travail pour acheter suffisamment de masques pour nos bureaux à Pékin et à Shanghai. » Une décision rapide et prédictive qui s’est révélée payante car dès le lendemain, les masques étaient en rupture de stock sur les marchés. « Je suis heureux d’avoir pris cette décision – avant que la situation ne s’aggrave », déclare Thorsten Heidack.

En très peu de temps, les experts en construction d’installations industrielles ont évacué leur bureau de Shanghai.

Lorsque Thorsten Heidack évoque ces moments particuliers, il se rappelle aussi du souci qu’il se faisait pour son équipe peu de temps avant le Nouvel-An chinois. « J’étais plutôt inquiet lorsque deux de nos collègues ont présenté des symptômes car à peine une semaine avant, nous avions organisé notre dîner annuel au cours duquel tous les collègues avaient fait la fête ensemble », déclare le CEO. Juste après, Thorsten Heidack et ses collaborateurs ont donc évacué leurs bureaux en l’espace de seulement deux heures pour réduire le plus possible le risque de propagation. « Le plus important pour nous, c’était que tous les collègues restent en bonne santé », indique Thorsten Heidack. Heureusement, les deux collègues ont par la suite été testés négatifs.

Jusqu’ici, il n’y a pas eu un seul cas de COVID-19 parmi les employés rapporte le président du directoire : « Je peux dire qu’en tant qu’équipe de direction, nous avons fait ensemble du bon travail – nous voulons maintenant tous surmonter cette pandémie en restant en bonne santé et en assurant la continuité des affaires du mieux possible ! » 

Faire repartir la machine – L’après-COVID-19

En mettant en place des dispositifs stricts en matière de déplacements et de sécurité, l’équipe a déjà commencé à redémarrer le travail d’exploitation sur la plupart de ses sites en Chine

D’un autre côté, Thorsten Heidack et son équipe se sont également préparés pour pouvoir pratiquer le télétravail de manière flexible. Thorsten Heidack est très satisfait de la rapidité à laquelle son organisation s’est adaptée aux nouveaux modes de travail : « Nous nous sommes adaptés rapidement. D’après les retours de nos collègues, notre communication s’est même encore améliorée parce que davantage de personnes ont pu être invitées à nos réunions virtuelles et que les collègues ont pu apporter leurs idées et des perspectives différentes à nos projets. »

En respectant des mesures d’hygiène et de santé strictes, les collaborateurs ont pu retourner au travail et à leurs projets clients.

Communication franche et collaboration étroite avec les clients

Mais face à l’arrêt temporaire de la production, la construction d’installations industrielles en Chine s’attend aussi à des retards sur ses propres projets – en fonction de l’endroit où le projet en question est réalisé. « Dans certaines provinces, la situation était meilleure et nous avons pu entamer le travail plus tôt », explique Thorsten Heidack. « Mais dans d’autres, nous en sommes encore à analyser la situation et nous rencontrons des difficultés », explique Thorsten Heidack.

En cette période difficile, l’entreprise collabore encore plus étroitement avec ses clients. « Nous faisons de notre mieux pour les soutenir et surmonter ensemble l’adversité. Il est important pour nous d’être le plus proches possibles de nos clients, de parler avec eux et de faire passer le message que nous sommes là pour les aider du mieux possible », explique Thorsten Heidack.

Le secteur d’activités de la construction d’installations industrielles de thyssenkrupp est un partenaire leader dans la planification, la construction et le service autour des installations industrielles et des systèmes.

Retour sur les débuts de la pandémie

En se remémorant les semaines passées, le CEO est satisfait des mesures que le groupe et le gouvernement local ont prises. « La situation était nouvelle pour nous tous, y compris pour moi en tant que gérant », précise Thorsten Heidack.

Alors qu’entre-temps, la situation à Shanghai et à Pékin semble sous contrôle, le CEO conseille à ses collègues internationaux de prendre au sérieux la distanciation sociale et de continuer à appliquer des mesures préventives : « Il est préférable de rester à la maison, de garder ses distances et si nécessaire de porter des masques et aussi de se laver souvent les mains. Et surtout de rester positif. Cela nous a vraiment aidé à maîtriser le virus en Chine. »

Quand il envisage l’avenir après le coronavirus, Thorsten Heidack est certain que nous pourrons tirer des leçons de la pandémie et de l’agilité démontrée par les entreprises dans le monde entier ces dernières semaines.

« Nous avons appris beaucoup de choses dont nous allons nous resservir à l’avenir. Par exemple les nouveaux modes de travail et la façon de collaborer avec des outils en ligne qui m’ont bien plu. » À ses yeux, il sera toujours nécessaire de se rencontrer en personne mais la communication peut prendre aussi d’autres voies. « Nous allons voir que les « nouveaux moyens de travailler » fonctionnent ! » Par ailleurs, « j’estime qu’à l’avenir, il y aura moins de voyages d’affaires – ce qui va également dans le sens des plans de réduction des émissions de la construction d’installations industrielles chez thyssenkrupp. Et enfin, last but not least, j’espère que tout le monde va rester en sécurité et en bonne santé et sortira renforcé de la pandémie – en tant qu’équipe ! », déclare Thorsten Heidack.